30 décembre 2017

SOMEONE DOWN THERE LIKES ME (Critique)

SOMEONE DOWN THERE LIKES ME, NEKDO TAM DOLE ME MA RAD, rape and revenge, gore, fantastique, république tchèque, film
(NĔKDO TAM DOLE MĔ MÁ RÁD)


de Roman Vojkuvka


avec Martin Frajt, Barbora Mottlová, Andrea Civáňová, Michal Sopuch, Jiří Chromečka, Miroslav Přívětivý, Petr Vanek, Justin Diaz, Simona Zetíková, Karin Ševčíková...



Rape and Revenge / Gore / Fantastique – République Tchèque (2009)



SOMEONE DOWN THERE LIKES ME, NEKDO TAM DOLE ME MA RAD, rape and revenge, gore, fantastique, république tchèque, filmAgressé alors qu'il rentre de l'église, Otto se retrouve tétraplégique et ne peut plus communiquer qu'en clignant des yeux. Quelques années plus tard, sa femme, lasse de la vie qu'elle mène, boit comme un trou et ramène des hommes chez eux. Prisonnier de son fauteuil, Otto est  contraint de passer ses journées devant la télé attendant que madame daigne changer sa perfusion et faire sa toilette. Alice, leur fille, décide de revenir à la maison pour s'occuper de son père. Alors qu'un semblant d'ordre paraît revenir, trois voyous débarquent, violent et massacrent les deux femmes sous les yeux d'Otto, impuissant...

SOMEONE DOWN THERE LIKES ME, NEKDO TAM DOLE ME MA RAD, rape and revenge, gore, fantastique, république tchèque, film
Vendu comme "le film le plus sanglant de l'histoire du cinéma tchèque" (joli argument de vente !), c'est surtout dans sa première partie, où le gore n'est présent que lors de la mise à mort des deux femmes, que SOMEONE DOWN THERE LIKES ME impressionne. Cette partie prend aux tripes, met mal à l'aise et constitue vraiment un tour de force, sans pour autant devenir simpliste. Il est bien sûr difficile de rester de marbre devant les nombreuses humiliations que subit chaque jour Otto mais le film nous fait également ressentir la détresse de sa femme, dont le quotidien sordide nous est présenté sans artifice. Les acteurs sont bien sûr pour beaucoup dans cette réussite, mais aussi la mise en scène très sobre, sans effets inutiles. On a l'impression d'être dans le réel et dans cette sensation réside la puissance du film.

29 décembre 2017

GRAVEYARD OF THE DEAD (Critique)

Stacy Silver, jaquette, GRAVEYARD OF THE DEAD, nue, naked, walking dead
(EL RETORNO DE LOS TEMPLARIOS)


de Vick Campbell


avec Eloise McNought, Julian Santos, Thais Buforn, Dani Moreno, Raquel Ezpeleta, Albert Gammond, Anarka de Ossorio, Rick Gomans, Jose Teruel...



Horreur – Espagne (2009)



GRAVEYARD OF THE DEAD, horreur, templiers morts vivants, espagne, goreXIVème siècle, des templiers marchent, marchent et marchent encore. Ils rencontrent des paysans, en fouettent un et le tuent. Puis ils marchent, marchent et marchent encore. Ils enlèvent une jeune femme, la fouettent, la tuent et boivent son sang. Puis ils marchent un peu... etc, etc, etc... Les paysans en ont marre et les tuent.

XXème siècle, les templiers, devenus morts-vivants, sortent de leurs tombes et marchent, marchent et marchent encore, mais plus lentement que quand ils étaient vivants vu qu'ils sont quand même un peu morts. Ils fouettent par-ci par-là, tuent une jeune femme et se remettent en marche... etc, etc, etc...

GRAVEYARD OF THE DEAD, horreur, templiers morts vivants, espagne, gore
Vick Campbell, réalisateur du film, reprend à sa façon les personnages fétiches de Amando de Ossorio, à savoir les templiers morts-vivants, mais avec moins de réussite. En effet, le moins que l'on puisse dire c'est que son film n'est guère palpitant. Il est même carrément soporifique faute à une action ultra répétitive et à son manque de rythme. Et ce n'est pas le jeu très amateur des acteurs qui sauvent ce film et encore moins les costumes qui font vraiment pitié.

Les effets gores sont, pour ce genre de production, corrects, mais peu nombreux et finalement pas assez mauvais pour devenir bons.

21 décembre 2017

DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT : LES JOUETS DE LA MORT (Critique)

DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT : LES JOUETS DE LA MORT, jaquette, horreur, noel, jouets
(SILENT NIGHT, DEADLY NIGHT 5 : THE TOY MAKER aka JUEGOS DIABOLICOS aka NATAL SANGRENTO 5 : O HORROR NA LOJA DE BRINQUEDOS)


de Martin Kitrosser


avec William Thorne, Jane Higginson, Mickey Rooney, Brian Bremer, Tracy Fraim, Neith Hunter, Clint Howard, Conan Yuzna, Van Quattro, Gerry Black, Richard N. Gladstein...


Fantastique / Horreur – Etats-Unis (1991)



DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT : LES JOUETS DE LA MORT, mickey rooney, père noel, santa claus, horreurOn sonne à la porte des Quinn. Comme ses parents font crac-crac et sont donc trop occupés pour répondre, le jeune Derek va ouvrir et découvre un cadeau de Noël qui lui est adressé. Ne pouvant résister, il commence à déballer le paquet quand son père surgit et l'envoie au lit. Le père finit d'ouvrir le cadeau et en sort un Père Noël mécanique qui, comme possédé, lui saute au visage et le tue...

DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT : LES JOUETS DE LA MORT, clint howard, santa, horreur, fantastiqueOn avait compris avec l'épisode 4, totalement hors sujet, qu'on pouvait faire une croix sur la saga familiale de Billy et son frère. C'est confirmé avec cet opus 5 qui, même s'il respecte les fondamentaux de la série (des meurtres autour de Noël), flirte plus avec le fantastique qu'avec le slasher. En effet, adieu le tueur traumatisé par le Père Noël, bonjour les jouets tueurs.

28 novembre 2017

LES ORGIES DE CALIGULA (Critique + répliques de la mort qui tue)


LES ORGIES DE CALIGULA, jaquette, Lorenzo Onorati, Robert Gligorov, Péplum érotique, nanar
(ROMA. L'ANTICA CHIAVE DEI SENSI aka CALIGULA'S SLAVE)


de Lorenzo Onorati (sous le pseudo de Franck Kramer)


avec Robert Gligorov, Sandra Venturini, Aldo Ralli, Maurice Poli, Francesco Romei, Gianfranco Parolini, Louise Kamsteeg, Cristy Brandao, Aldo Sambrell, Rodolfo Licari...



Péplum / Erotique / Nanar – Italie (1985)



LES ORGIES DE CALIGULA, Lorenzo Onorati, Robert Gligorov, Péplum érotique, nanar, seins nusDe jeunes gens en toge frappent dans leurs mains. Une femme aux aisselles poilues se retrouve les seins nus et s’enfuit, poursuivie par un jeune homme. Ce dernier la rattrape, ils se sourient, il la prend en levrette. Sur ces entrefaites, un jeune éphèbe habillé comme un pirate de chez Michou arrive. Il est accompagné de trois femmes nues qu’il promène en laisse et a l’air très mécontent. Le premier jeune homme (celui de la levrette) s’excuse, les deux hommes s’embrassent quand soudain le jeune éphèbe le mord jusqu’au sang puis le calotte. On apprend alors que ce coquet flibustier n’est autre que Caligula.

LES ORGIES DE CALIGULA, Lorenzo Onorati, Robert Gligorov, Péplum érotique, nanar
Cette scène d’ouverture des plus exotiques ne laisse aucun doute : nous sommes en présence d’un nanar ! Mais attention, pas de n’importe quel nanar : LES ORGIES DE CALIGULA représente la crème de la crème des nanars, de ceux qu’on peut voir et revoir sans se lasser.

Tout dans ce film est succulent : le jeu des acteurs réellement catastrophique, l’intrigue des plus nébuleuses, le non-sens de certaines scènes, les costumes ridicules, etc…

25 novembre 2017

LA POSSEDEE (Critique)

LA POSSEDEE, Christina Lindberg, Erotique, Exposed, jaquette
(EXPONERAD aka EXPOSED aka DIARY OF A RAPE)


de Gustav Wiklund


avec Christina Lindberg, Heinz Hopf, Björn Adelly, Janne Carlsson, Birgitta Molin, Siv Ericks, Tor Isedal...



Erotique / Drame – Suède (1971)


LA POSSEDEE, Christina Lindberg, Erotique, Exposed, naked, female nudity, seins nusPendant une soirée, Léna, une étudiante, pose nue pour des photos coquines. Victime d’un chantage de la part du photographe, elle est obligée de prendre part aux parties fines qu’il organise et d’avoir des relations sexuelles avec ses invités, hommes ou femmes…

Difficile à la lecture de ce "pitch", de ne pas voir entre LA POSSEDEE et le culte THRILLER certains points communs. Outre la présence de Christina Lindberg et de Heinz Hopf, des similitudes existent au niveau du scénario. En effet, comme dans le rape and revenge de Bo Arne Vibenius, l’héroïne se retrouve sous l’emprise d’un homme, non par la drogue mais par le chantage, non pour l’argent mais par perversion.

LA POSSEDEE, Christina Lindberg, Erotique, Exposed, naked, female nudity, seins nus
Comme dans ANITA, autre film érotique avec Christina Lindberg, le réalisateur utilise le contraste qui existe entre son visage juvénile et ses formes affriolantes afin d'accentuer son propos. Malheureusement, son jeu d’actrice n’est pas au niveau de son physique, le manque d’expression de l'actrice, qui semble continuellement ailleurs, nuit quelque peu au film, comme c'était déjà le cas dans THRILLER. Difficile dans ces conditions d’éprouver une quelconque empathie envers cette jeune étudiante qui fantasme des scènes de sexe et de violence, qui veut fuir sans vraiment le faire et qui cherche l’amour sans vraiment le vouloir. Le personnage de Léna devient alors très vite irritant tant on a envie de la secouer (il s’agit là d’une image) pour la faire réagir. On suit donc ses pérégrinations au gré de ses rencontres jusqu’à un final très sombre qui aurait mérité une approche plus subtile.

08 novembre 2017

ANGEL OF DEATH (Critique)

ANGEL OF DEATH, zoe bell, jaquette, action, tueuse, Paul Etheredge
(aka ED BRUBAKER'S ANGEL OF DEATH)




avec Zoë Bell, Brian Poth, Doug Jones, Vail Bloom, Jake Abel, Justin Huel, Lucy Lawless, Ted Raimi, Ingrid Rogers, Kaela Crawford, John Serge...



Action – Etats-Unis (2009)



ANGEL OF DEATH, zoe bell, action, tueuse, Paul EtheredgeTueuse professionnelle, Eve travaille pour la mafia et enchaîne les assassinats sans aucun état d’âme. Lors d’un énième contrat, tout bascule : elle tue une adolescente innocente et se retrouve avec un poignard planté dans le crane. Elle s'en sort miraculeusement mais, hantée par la jeune victime, se voit contrainte de ne buter que des méchants, à savoir ses anciens commanditaires…

Révélée au grand public par Quentin Tarantino dans BOULEVARD DE LA MORT, Zoë Bell, également cascadeuse, est, de par son physique, crédible en tueuse professionnelle, et ne fait jamais tâche pendant les nombreuses scènes d'action, même les plus bourrines. Et c’est là le point fort de ce film : son actrice principale et ses épaules de déménageur.

ANGEL OF DEATH, zoe bell, action, tueuse, Paul Etheredge
Malheureusement cela ne suffit pas à faire un bon film et le manque de scénario et de profondeur des personnages fait ressembler ANGEL OF DEATH à un pilote de série télé.

On retrouve, en effet, toutes les caractéristiques propres à ce genre très codé : des personnages facilement identifiables (l'héroïne torturée et indestructible, la flic intelligente et la méchante méga méchante), une situation de départ claire et des perspectives d’évolution non exploitées. D’où une impression d’inachevé.

24 septembre 2017

LEGITIME DEFENSE (Critique)

LEGITIME DEFENSE, thriller avec Jean-Paul Rouve réalisé par Pierre Lacan
(aka FINAL BALANCE)



de Pierre Lacan


avec Jean-Paul Rouve, Olivier Gourmet, Claude Brasseur, Marie Kremer, Franck Tiozzo, Bess Limani, Catherine Bary, Sandrine Blancke, Nicole Valberg, Gilles Cohen, Albert Goldberg, Michel Ardouin...



Thriller / Belgique - France (2011)



LEGITIME DEFENSE, thriller avec Jean-Paul Rouve réalisé par Pierre LacanBertin, un flic à la retraite reconverti en détective privé, a disparu. Son fils, Benoît, part à sa recherche et sans le vouloir met le doigt dans un engrenage qui le dépasse mettant sa vie et celle de sa famille en danger. Confronté à la violence d’un monde qui lui échappe, Benoît doit découvrir au plus vite la vérité pour tenter de s’en sortir.

LEGITIME DEFENSE, librement inspiré du roman TERMINUS PLAGE de Alain Wagneur, garde l’essentiel de son intrigue mais pas sa structure narrative. Là où le livre nous plongeait dans deux enquêtes parallèles, celle de Jean-Claude (renommé Benoît dans le film) et celle d’un flic, Zamanski, le film zappe ce dernier et se limite à une seule enquête (un flic du nom de Zamanski apparaît bien dans le film, mais il s’agit plus d’un clin d’œil, ce personnage étant assez éloigné de celui du bouquin).

Cette histoire d’un homme ordinaire confronté à la pègre et obligé d’en adopter les codes pour sauver sa famille (aspect non présent dans le livre) n’est pas sans rappeler l’intrigue de A BOUT PORTANT de Fred Cavayé, film d’action totalement invraisemblable où Gilles Lellouche se transforme comme par magie en véritable bête de combat. LEGITIME DEFENSE évite ce travers et ne se limite pas à un polar avec de la baston dedans.

L'action est bien sûr présente mais n'en constitue pas l'élément principal : une place très importante est laissé à l'enquête. Enquête assez basique mais très efficace. Et l'efficacité est le maître mot de ce film. Une fois que l’histoire nous a happé, difficile de la lâcher.

LEGITIME DEFENSE, thriller avec Jean-Paul Rouve et Claude Brasseur réalisé par Pierre Lacan L’excellent Jean-Paul Rouve (l'envoûtant POUPOUPIDOU) est totalement crédible et s'en sort parfaitement, traînant son faciès fatigué et désabusé de scène en scène.

Il est de plus magnifiquement épaulé par Olivier Gourmet en parfait salaud et par Claude Brasseur excellent comme à son habitude bien loin de l'ambiance beauf de la saga CAMPING.

Malgré quelques fautes de goût (la fin too much au possible) LEGITIME DEFENSE est un très bon thriller à l’ancienne, ce qui est loin d’être péjoratif.

14 juillet 2017

FAIS UN VŒU (Critique)

FAIS UN VŒU (MAKE A WISH aka LESBIAN PSYCHO) de Sahron Ferranti, Slasher lesbien
(MAKE A WISH aka LESBIAN PSYCHO)


de Sharon Ferranti


avec Moynan King, Virginia Baeta, Hollace Starr, Melenie Freedom Flynn, Amanda Spain, Lava Alapai, Nora Stein, Eric Vichi, Neil Wilson...



Slasher / Horreur – Etats-Unis (2002)




FAIS UN VŒU (MAKE A WISH aka LESBIAN PSYCHO) de Sahron Ferranti, Slasher lesbienSur le papier, FAIS UN VŒU a de la gueule. Imaginez plutôt : un slasher lesbien avec de l’humour dedans. Le rêve pour tous les cinéphiles hétéros, non ?


J'étais donc en droit d'espérer un film avec des filles dénudées jouant entre elles, des meurtres bien déviants et craspecs pour les punir de leurs pêchers, des vannes toutes pourries mais funs et un combat final d'anthologie entre une tueuse masquée et la plus prude de nos lesbiennes (oui, je sais, ça fait beaucoup...).

Et là, quelle déception !

FAIS UN VŒU (MAKE A WISH aka LESBIAN PSYCHO) de Sahron Ferranti, Slasher lesbienIl y a bien des lesbiennes profitant d’un week-end de camping pour folâtrer mais, mon dieu, que ces demoiselles sont pudiques ! D’un autre côté on est pas dans un Dorcel, donc, jusque là je suis indulgent : il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

Ca commence déjà à se gâter avec l’humour. Celui-ci se limite en effet à quelques calembours pas assez mauvais pour être bons et à trois blagues potaches pas drôles.

FAIS UN VŒU (MAKE A WISH aka LESBIAN PSYCHO) de Sahron Ferranti, Slasher lesbien, meurtre à l'arc
Mais là où on atteint des sommets de nullité, c’est au niveau des meurtres. Ceux-ci sont mal filmés et mal amenés par une parodie de mise en scène. Ni flippants, ni malsains, ils ne font jamais mouche. Et ça c’est impardonnable : on est quand même censé être dans un slasher.

Vous ajoutez à tout cela un scénario aussi vide qu’une bouteille en fin de soirée et vous obtenez une pelloche sans aucun intérêt.

Alors que reste-t-il à ce film ? Eh bien, un superbe argument de vente auquel il est difficile de résister…


08 juillet 2017

ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS (Réplique de la mort qui tue)


Clint Eastwood et Lee Van Cleef dans ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS de Sergio Leone :- C'est une question indiscrète peut-être ?    - Non. J'estime que les questions ne le sont jamais, mais les réponses bien souvent.

"- C'est une question indiscrète peut-être ?
  - Non. J'estime que les questions ne le sont jamais, mais les réponses bien souvent."




affiche de ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS de Sergio Leone 

ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS de Sergio Leone












04 juillet 2017

VIERGES POUR LE BOURREAU (Critique)

VIERGES POUR LE BOURREAU, affiche, poster, épouvante, Massimo Pupillo, Mickey Hargitay
(IL BOIA SCARLATTO aka BLOODY PIT OF HORROR aka FILLES POUR LE BOURREAU aka THE RED HANGMAN...)




avec Mickey Hargitay, Luisa Baratto, Walter Brandi, Rita Klein, Moa Tahi, Femi Benussi, Alfredo Rizzo, Barbara Nelli, Ralph Zucker...



Epouvante / Etats-Unis - Italie (1965)




VIERGES POUR LE BOURREAU, affiche, poster, épouvante, Massimo Pupillo, Mickey HargitayPendant l’Inquisition, le Bourreau écarlate, un assassin sanguinaire, est enfermé à jamais dans une Vierge de Nuremberg. Avant de rejoindre sa dernière demeure, il jure de revenir se venger.

VIERGES POUR LE BOURREAU, affiche, poster, épouvante, Massimo Pupillo, Mickey Hargitay, Bloody pit of horror
Trois siècles plus tard, une troupe d’acteurs pénètre illégalement dans un château afin de réaliser un roman-photo d’horreur. Surpris par les serviteurs du châtelain, les importuns sont priés de décamper immédiatement. Mais le propriétaire des lieux se ravise et leur offre l’hospitalité pour une nuit, à la condition qu’ils ne troublent point sa quiétude et qu’ils évitent de traîner du côté des souterrains du château. Ce qu’ils s’empressent bien évidemment de faire, descellant malencontreusement le sarcophage du fameux bourreau…

VIERGES POUR LE BOURREAU, affiche, poster, épouvante, Massimo Pupillo, Mickey Hargitay, Bloody pit of horrorCette histoire de malédiction n’est bien sûr qu’un prétexte pour accumuler les meurtres et les scènes de tortures. Elles-mêmes prétexte à quelques plans osés pour l’époque. En effet, les jolies jeunes femmes présentes dans la troupe, dont Femi Benussi (LES MILLE ET UNE NUITS EROTIQUES) alors débutante , se retrouvent à la moindre occasion en petite tenue, même si la caméra reste très chaste.

VIERGES POUR LE BOURREAU, affiche, poster, épouvante, Massimo Pupillo, Mickey Hargitay, Bloody pit of horror, bikini, toile d'araignée, spider, kitch, nanar
Lors de ce florilège de crimes et de tortures, un stratagème diablement alambiqué retient plus particulièrement l’attention : dans une pièce immense, une jeune femme, uniquement protégée par son bikini, se retrouve prisonnière d’une gigantesque toile d’araignée dont les fils sont reliés à des arcs prêts à décocher une flèche au moindre contact. En parallèle, une araignée factice toute cheap mais aux pattes empoisonnées se rapproche inexorablement de la belle...

25 juin 2017

FORCED ENTRY (Critique)

FORCED ENTRY de Shaun Costello, porno, viol, vétéran, Harry Reems, Laura Cannon, traumatisme

de Shaun Costello


avec Harry Reems, Laura Cannon, Jutta David, Shaun Costello, Ruby Runhouse, Nina Fawcett...




Porno – Etats-Unis (1973)





FORCED ENTRY de Shaun Costello, porno, viol, vétéran, Harry Reems, Laura Cannon, traumatismeTraumatisé, un vétéran de la guerre du Vietnam, viole et tue de jeunes femmes.

Avec ce scénario tenant sur un confetti, Shaun Costello nous propose un film répugnant et choquant. Porno à part, FORCED ENTRY est plus proche, de par son sujet, du film de psychokiller et du thriller : on entre presque dans la tête de cet homme (il ne manque finalement qu'une voix off à la SCHIZOPHRENIA pour y être totalement), dont on ne saura rien hormis qu'il s'agit d'un vétéran, et on l'observe pénétrer chez de jeunes femmes pour les violer, les humilier et les tuer... Son "dévolu" se jette sur des femmes aisées, représentant probablement l'Amérique riche et bien pensante qui l'a envoyé au front, et sur des hippies, qui le rejette alors qu'il n'est pas responsable de la guerre.

FORCED ENTRY de Shaun Costello, porno, viol, vétéran, Harry Reems, Laura Cannon, traumatisme
Rien ne nous est épargné et les scènes de viol, très dures, n'ont pas vocation à exciter mais à déranger, celles-ci sont abjectes et entrecoupées d'images d'archive de la guerre du Vietnam (bombardements, cadavres...). Le coté très amateur (jeu des acteurs, mis en scène) rajoute au sentiment de malaise : pas d'esthétique ici (ce qui est sans aucun doute involontaire).

24 juin 2017

LA NUIT DES HORLOGES (Critique)

LA NUIT DES HORLOGES, ovidie, jean rollin, affiche, french poster, fantastique



avec Ovidie, Françoise Blanchard, Sabine Lenoël, Natalie Perrey, Dominique, Maurice Lemaître, Jean-Loup Philippe, Sandrine Thoquet, Jean Depelley...



Fantastique – France (2007)



LA NUIT DES HORLOGES, scène onirique avec OvidieDécidément Jean Rollin n'aura jamais rien fait comme les autres et nous livre avec LA NUIT DES HORLOGES un film hommage à lui-même. Avec Ovidie (ORGIE EN NOIR) en maîtresse de cérémonie, ce film nous plonge dans l'univers de Jean Rollin et aurait presque pu s'appeler OVIDIE INSIDE ROLLIN. Constitué en partie d'extraits de ses anciens films, on retrouve également dans LA NUIT DES HORLOGES quelques accessoires, lieux et acteurs fétiches comme Françoise Blanchard ou encore Natalie Perrey. Je regrette pour ma part l'absence de Brigitte Lahaie qui n'apparaît que dans certains extraits. Ceux qui me connaissent savent le culte que je voue à cette actrice.

Ovidie nue dans LA NUIT DES HORLOGES, film fantastique de Jean Rollin
Paradoxalement, pour ceux qui veulent découvrir l'univers de ce réalisateur, mieux vaut ne pas commencer par ce film qui est finalement plus destiné aux fans ou au moins aux amateurs de rollineries... En effet, ce film peut, à mon sens, très vite se révéler hermétique pour qui n'a aucune idée du cinéma de Jean Rollin (pour les autres aussi d'ailleurs). Même si on retrouve la langueur et l'ambiance onirique qui font le charme de ses films, l'absence d'une quelconque logique scénaristique risque de perdre beaucoup de spectateurs en route.

Au final, bon film ou mauvais film ? Difficile de juger... Mais qu'importe, Jean Rollin était un réalisateur atypique du cinéma français qui a au moins eu le mérite de nous offrir avec LA NUIT DES HORLOGES un film du même acabit.

19 juin 2017

PAUL (Réplique de la mort qui tue)


Simon Pegg et Nick Frost dans le film Paul de Greg Mottola, réplique culte, comédie



"- Ils vont nous violer et nous casser les bras !
  - Je veux pas me faire casser les bras ! "




affiche de PAUL


PAUL de Greg Mottola
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...